mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 25 septembre- Liliane
. 18 septembre- Trottoirs handicapants
. 11 septembre- PGDG, un BIB ?
. 4 septembre- La musique, c'est classe
. 28 août- Bretonne attitude
. 21 août- Ma douche
. 14 août- Scooter PMR
. 7 août- Vacuum kleenex
. 31 juillet- p-Commerce
. 24 juillet- Grande Muette ?
. 17 juillet- Un peu trop peu
. 10 juillet- Désir d'enfant
. 3 juillet- Soixante-dix
. 26 juin- Le choix d'une tuture
. 19 juin- Le dernier vote ?
. 12 juin- Idées pas lumineuses
. 5 juin- Horizontalement
. 29 mai- Chef de chœur
. 22 mai- Les Ors de la République
. 15 mai- Potentiellement mortel
. 8 mai- Le temps qu'il fait
. 1er mai- Le pire ! Le meilleur ?
. 24 avril- Des sons sans sens
. 17 avril- Savoir et conviction
. 10 avril- Politique, c'est la saison
. 3 avril- Incivilités routières
. 27 mars- Rodgeur
. 20 mars- Y mettre le prix
. 13 mars- Une petite grille ?
. 6 mars- Convictions et opinions
. 27 février- Affaires de temps
. 20 février- Ah la la !
. 13 février- Crottes habituelles
. 6 février- Manger du canard
. 30 janvier- Voleurs de bœuf
. 23 janvier- Camping 2.0
. 16 janvier- À la rue ?
. 9 janvier- Prof, petit boulot
. 2 janvier- Vœux
. 26 décembre- Crèchi crècha
. 19 décembre- Dopichon
. 12 décembre- Téléthon
. 5 décembre- Maelström
. 28 novembre- TIC informatique
. 21 novembre- Élections + et -
. 14 novembre- Vendée Globe
. 7 novembre- Errances cérébrales
. 31 octobre- Cherche visionnaires
. 24 octobre- Ennui superfétatoire
. 17 octobre- Où va le monde ?


Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

2 octobre- L'art au gré des chapelles

      Nous venons de parcourir une partie du circuit des chapelles de la Presqu'île guérandaise abritant, comme chaque année en septembre, les créations d'une vingtaine d'artistes, majoritairement peintres. Huiles, aquarelles, pastels humides ou secs, plumes et gravures y sont exposés en grand nombre, en grande variété, en grande disparité de classe et de prix. De quoi frôler l'indigestion pour les béotiens béats constituant la majorité des visiteurs...

      On peut imaginer que chacun reçoit chaque œuvre en fonction de son terreau cérébral, des ingrédients pré-positionnés ou pré-construits qui feront en sorte de faire grandir en soi les idées, sentiments ou sensations proposées, ou bien, au contraire de les repousser, tout développement intermédiaire étant heureusement inévitable dans un monde ou le doute interdit généralement la binarité.

      Ma petite culture personnelle est plutôt photographique et, consciemment ou non, chaque tableau m'est suggéré comme issu du réel, perçu, transposé et enfin exposé par l'artiste. Comme le font les grands photographes et comme tentent de le faire certains petits (suivez mon regard:-).

      Les natures mortes, les paysages ou les portraits trop léchés ne m'émeuvent pas démesurément s'ils ne sont que les reflets de la réalité, à la hauteur d'une photo sans défaut qui ne signifie rien d'autre que son absence de défaut. Les contours incertains de certaines aquarelles peuvent rappeler les flous recherchés en photographie pour tenter d'installer une ambiance, mettre en valeur un élément, un mouvement ou une transformation. Les géométries aberrantes et parfois choquantes de certainee huiles font penser à certaines déformations imposées au cliché original pour en augmenter l'anormalité naturelle. Jouer avec le grain, le cadrage, les tons, les lumières sur un fichier photo qui ne contient que la réalité dénuée de pensée ou d'intention est un peu le pendant du travail de l'artiste en train de (re)composer sur la toile sa réalité.

      L'art au gré des chapelles donnait même à voir cette année des photographies reconstruites selon le principe du divisionnisme, des bandes verticales de photos étant juxtaposées pour composer un ensemble que l'œil et le cerveau du visiteur traduit à sa façon. Comme ça, en beaucoup mieux, forcément :

Divisionnisme

 


Lutin