mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 3 juillet- Soixante-dix
. 26 juin- Le choix d'une tuture
. 19 juin- Le dernier vote ?
. 12 juin- Idées pas lumineuses
. 5 juin- Horizontalement
. 29 mai- Chef de chœur
. 22 mai- Les Ors de la République
. 15 mai- Potentiellement mortel
. 8 mai- Le temps qu'il fait
. 1er mai- Le pire ! Le meilleur ?
. 24 avril- Des sons sans sens
. 17 avril- Savoir et conviction
. 10 avril- Politique, c'est la saison
. 3 avril- Incivilités routières
. 27 mars- Rodgeur
. 20 mars- Y mettre le prix
. 13 mars- Une petite grille ?
. 6 mars- Convictions et opinions
. 27 février- Affaires de temps
. 20 février- Ah la la !
. 13 février- Crottes habituelles
. 6 février- Manger du canard
. 30 janvier- Voleurs de bœuf
. 23 janvier- Camping 2.0
. 16 janvier- À la rue ?
. 9 janvier- Prof, petit boulot
. 2 janvier- Vœux
. 26 décembre- Crèchi crècha
. 19 décembre- Dopichon
. 12 décembre- Téléthon
. 5 décembre- Maelström
. 28 novembre- TIC informatique
. 21 novembre- Élections + et -
. 14 novembre- Vendée Globe
. 7 novembre- Errances cérébrales
. 31 octobre- Cherche visionnaires
. 24 octobre- Ennui superfétatoire
. 17 octobre- Où va le monde ?
. 10 octobre- Erreur papale ?
. 3 octobre- Reprise !
. 26 septembre- Petit comparatif
. 19 septembre- Hypocondriaque
. 12 septembre- Venise, c'est fait !
. 5 septembre- Venise
. 29 août- Phodéo
. 22 août- Burkini, no ?
. 15 août- Naupathie
. 8 août- Remerciements
. 1er août- Folies ...
. 25 juillet- Bon père de famille
. 18 juillet- L'impôt gai


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

10 juillet - Désir d'enfant

       Entre poire et fromage, la conversation a ricoché de petits riens qui font l'actualité en grands touts qui font les convictions jusqu'au point de non retour tout à fait improbable dans ce genre de soirée familialo-amicale, immense point d'interrogation fiché dans les sables mouvants d'une problématique mal définie : "Qu'est-ce que le désir d'enfant ?"

       Haussements d'épaules, mine de "Bein quoi, c'est naturel !". Plongée des pensées au fond des assiettes encombrées de reliefs en entropie avancée. Épuisement du sujet comme objet de débat. Point.

       Et pourtant ...

       Quel beau sujet de bac pour les apprentis philosophes que ce "désir d'enfant" !
       Il conviendrait de définir le désir, cette "action d'aspirer à avoir, à obtenir, à faire quelque chose" (Larousse-en-ligne), avec se profilant déjà dans la définition le trouble semé par la juxtaposition des trois verbes permettant la concomitance des trois expressions : "avoir un enfant", "obtenir un enfant", "faire un enfant".
       Définir aussi l'objet du désir, l'enfant, qui n'existe pas encore quand on aspire à s'en pourvoir et qui, concrétisé, évoluera de façon continue et imprévisible tout le temps de sa jouissance. Désire-t-on un enfant comme être auquel on "donnera le jour", comme être qu'on élèvera à sa liberté d'adulte, comme accompagnateur de ses vieux jours, comme prolongation de soi dans l'espace et dans le temps ?
       Enfin, ces derniers points d'interrogation montrent l'importance de distinguer les terreaux susceptibles de voir germer ce "désir d'enfant". Les paragraphes de la composition s'écriraient tout à fait différemment pour un couple, pour l'un ou l'autre des éléments d'un couple hétéro, pour l'un et l'autre d'un couple homo, pour une femme seule ou un homme seul ...

       Le cadre une fois ainsi défini, une petite incursion dans ce qu'on sait ou qu'on peut imaginer des désirs d'enfant ancestraux permettrait d'installer un fil rouge entre les trois verbes de la définition laroussienne.
       Il s'agissait sans doute autrefois davantage d'avoir des enfants que de les faire. Les souhaits d'en avoir ou pas surpassaient les décisions d'en faire ou pas et le désir d'enfant relevait souvent de l'acceptation de la fatalité, du respect des convenances ou du souhait d'accompagnement les vieilles années.
       Et puis, il n'y a guère, la connaissance physiologique, puis les progrès biochimiques ont permis de donner de l'importance au "faire", en ouvrant la possibilité de choix, choix du moment, choix du nombre.
       Enfin - et certains pensent que cette fin est une débâcle - l'essor des techniques médicales permet actuellement d'obtenir un enfant comme on acquiert un objet sur catalogue : sexe, yeux bleus, QI, date de livraison et garantie incluse.

       La description de l'état actuel des choses amènerait au cœur du sujet : qu'en est-il actuellement du désir d'enfant ?
       Pour les couples hétéro, les possibilités scientifiques et médicales restent des possibilités utilisées ou pas en fonction du degré d'éducation, la qualité des convictions, le niveau d'émergence dans le grand bain de la vie. La plupart n'obtiennent pas leurs enfants - pas encore -, et certains les ont toujours.
       C'est bien évidemment là où la nature n'est plus tout à fait naturelle que la main de l'homme est sollicitée pour obtenir un enfant, afin de pallier quelque défaut physiologique ou pour remédier aux lacunes liées à quelque déviance par rapport à la normalité (sinon par rapport à la norme).
       On voit bien que le désir d'enfant n'apparaît pas dans la tête des aspirants deus ex machina ni même homo in machina (comment dire ?) et que sa qualité dépend principalement de la tête dans laquelle germe ce désir et du corps qui la supporte.

       Toute épreuve de philo au bac doit se fendre d'une conclusion. Il conviendrait sans doute de rester humble, sans laisser penser que "s'agissant de l'humilité, je suis le meilleur". Juste rappeler que le désir d'enfant est un sentiment humain et, qu'à ce titre, il reste diffus, complexe, varié et variable, et donc relativement difficile d'accès comme sujet d'étude à moins de disposer d'IRM, de programmes sophistiqués et de budgets conséquents. Que le sujet ne se traite pas entre la poire et le fromage, et que, dans le cadre d'une épreuve de bac, ... (*)

Désir d'enfant

(*) Zut ! Pourvu que ce "Qu'est-ce que le désir d'enfant ?" n'imposait pas de traiter du désir chez l'enfant !...

Lutin