mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 27 août- Prendre par la main
. 20 août- Faire et paraître
. 13 août- Tpurisme de masse
. 6 août- Le médecin et l'homme
. 30 juillet- La belle rue
. 23 juillet- Palliatif
. 16 juillet- Êtes-vous Pavard ?
. 9 juillet- Cadeau inutile
. 2 juillet- Soins, soins !
. 25 juin- 80 km/h
. 18 juin- Ave, c'est Google
. 11 juin- Purgatoire routier
. 4 juin- Algo dys trophie
. 28 mai- Nouveaux adhérents ?
. 21 mai- Respect !
. 14 mai- L'homme qui a vu l'ours
. 7 mai- Jeux libérés
. 30 avril- Des profs et un ministre
. 23 avril- Des jours comme ça
. 16 avril- Une belle vie !
. 9 avril- Comment ça va ?
. 2 avril- À la Jaenada
. 26 mars- La charité SVP !
. 19 mars- La mort joyeuse
. 12 mars- Spécialistes de ma santé
. 5 mars- Benêts optimistes ?
. 26 février- Stress = f(t)
. 19 février- Altruisme
. 12 février- Incivilité ordinaire
. 5 février- Demi-cerveau
. 29 janvier- L'hôpital
. 22 janvier- Éternel naufrage ?
. 15 janvier- Desproges
. 8 janvier- Sapiens
. 1er janvier- Bonne et Belle Année
. 25 décembre- C'est (encore) Noël
. 18 décembre- Retournements
. 11 décembre- Économie circulaire
. 4 décembre- NDDL, suite (et fin ?)
. 27 novembre- Tournantes
. 20 novembre- Tom et Jac
. 13 novembre- Pensée déconstruite
. 6 novembre- Vol en suspens
. 30 octobre- #balancetonporc
. 23 octobre- Écriture inclusive
. 16 octobre- À pleurer !
. 9 octobre- Du grand au petit
. 2 octobre- Art et chapelles
. 25 septembre- Liliane
. 18 septembre- Trottoirs handicapants
. 11 septembre- PGDG, un BIB ?


Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

3 septembre - Mamie aimait

Mamie aimait

      Comment présenter madame Hérigault née Alno pour l'état civil, Solange pour beaucoup de ceux qui la connaissaient, maman pour ses quatre fils, mamie pour ses onze petits enfants et ses dix-huit arrière-petits-enfants ? Le plus simple et le plus complet est sans doute d'en dire qu'elle aimait.

      Elle a bien sûr aimé pour fonder une famille, faire grandir ses enfants jusqu'à ce qu'ils construisent leurs propres toits, pallier au plus près les absences obligées  de ces mêmes enfants devenus parents de ses petits-enfants. Pour eux elle a été  la marchande de sable dispensatrice de gros bisous, l'aide aux devoirs après l'école, la préparatrice de crèmes au chocolat mémorables, l'accompagnatrice pour la piscine, le catéchisme, le cinéma ou les examens. Entre tous, elle a été un lien discret, ordinaire, palpable aux jours d'exception comme celui  de la sortie familiale annuelle du 1er mai, jour anniversaire de son mariage.

      Elle aimait les autres, la famille pas toujours très proche,  ses voisins, la compagnie de circonstance, les partenaires de jeu. Simplement, naturellement, en laissant s'installer la confiance. Elle appréciait les rencontres faites lors du petit tour de La Turballe auquel elle tenait même s'il s'était progressivement réduit. Les rendez-vous réguliers comme la messe hebdomadaire, les réunions de ping-pong et de yoga, le repas annuel des aînés, la fête de sainte Anne étaient autant d'occasions de rencontres très attendues et incontournables.

      Elle aimait la vie, la vie gaie. Elle souriait, chantait, adorait les jeux de mots, appréciait l'humour et les deux contribuaient au plaisir qu'elle prenait à remplir sa  grille quotidienne de mots-croisés. Son amour de la vie était sage : elle semblait ne lui demander que ce qu'elle pouvait en attendre. Le soleil après la pluie, l'aube après la nuit. Peut-être l'espoir après le deuil même si on peut douter qu'il lui ait été possible d'accepter la disparition de son mari et, plus récemment, de son fils, Didier.
Elle aimait... Elle aurait sans doute aimé que les souvenirs qui vont maintenant se construire à partir de toutes ces images qu'elle nous laisse d'elle soient autant de liens de vie.

      Merci Solange, merci maman, merci mamie.

Lutin