mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs


. 23 juillet- Palliatif
. 16 juillet- Êtes-vous Pavard ?
. 9 juillet- Cadeau inutile
. 2 juillet- Soins, soins !
. 25 juin- 80 km/h
. 18 juin- Ave, c'est Google
. 11 juin- Purgatoire routier
. 4 juin- Algo dys trophie
. 28 mai- Nouveaux adhérents ?
. 21 mai- Respect !
. 14 mai- L'homme qui a vu l'ours
. 7 mai- Jeux libérés
. 30 avril- Des profs et un ministre
. 23 avril- Des jours comme ça
. 16 avril- Une belle vie !
. 9 avril- Comment ça va ?
. 2 avril- À la Jaenada
. 26 mars- La charité SVP !
. 19 mars- La mort joyeuse
. 12 mars- Spécialistes de ma santé
. 5 mars- Benêts optimistes ?
. 26 février- Stress = f(t)
. 19 février- Altruisme
. 12 février- Incivilité ordinaire
. 5 février- Demi-cerveau
. 29 janvier- L'hôpital
. 22 janvier- Éternel naufrage ?
. 15 janvier- Desproges
. 8 janvier- Sapiens
. 1er janvier- Bonne et Belle Année
. 25 décembre- C'est (encore) Noël
. 18 décembre- Retournements
. 11 décembre- Économie circulaire
. 4 décembre- NDDL, suite (et fin ?)
. 27 novembre- Tournantes
. 20 novembre- Tom et Jac
. 13 novembre- Pensée déconstruite
. 6 novembre- Vol en suspens
. 30 octobre- #balancetonporc
. 23 octobre- Écriture inclusive
. 16 octobre- À pleurer !
. 9 octobre- Du grand au petit
. 2 octobre- Art et chapelles
. 25 septembre- Liliane
. 18 septembre- Trottoirs handicapants
. 11 septembre- PGDG, un BIB ?
. 4 septembre- La musique, c'est classe
. 28 août- Bretonne attitude
. 21 août- Ma douche
. 14 août- Scooter PMR


Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

30 juillet - La belle rue

La belle rue

      Derrière chez moi, savez-vous quoi qu'il y a ? Non, pas de petit bois contrairement à la comptine bien connue. Pas de petit bois non plus devant mais une belle rue toute neuve avec un bel enrobé, des bordures de trottoir en granite, des secteurs pavés, des jardinières, un stationnement alterné, hors trottoirs, bien marqué au sol.

      Monsieur le maire a fait déployer un beau ruban tricolore en travers de la rue, l'a coupé un peu benoîtement m'a-t-il semblé, a tapoté quelques longues minutes la sono obstinément défaillante, a prié fermement quelques invités de mettre fin à leurs bruyantes retrouvailles, aurait bien aimé en faire avec les goélands qui s'étaient invités au spectacle sur le toit de la supérette voisine, a finalement parlé.

      Monsieur le maire s'est dit satisfait. Vrai qu'il fallait bien une cérémonie pour célébrer la fin de travaux initialement programmés sur une durée beaucoup plus courte, des imprévus sont pourtant tellement prévisibles dans le genre d'opérations réalisées ici n'ayant pas été inscrits au planning initial... Vrai que l'ensemble est assez réussi, malgré qu'il y ait toujours à redire, une saillie de trottoir trop agressive ici, des places de stationnement peu évidentes là...

      Vrai aussi - monsieur le maire l'a bien rappelé - que la part que la commune à prise dans le financement des travaux est modéré. De ce qu'il me semble avoir entendu et compris, les habitants de la commune n'auraient à supporter qu'environ 260 000 € sur un total d'un million d'euros. Bien. Mais je n'ai pas entendu qui payait le reste. Pas le Père Noël même déguisé en sponsor, c'est bien certain. Le Groupement de communes, le Département, la Région, l'État ? Mais les finances de ces organismes sont encore alimentées par le contribuable turballais ! Certes les contribuables locaux, départementaux, régionaux ou nationaux ont mis la main à la poche pour La Turballe, mais La Turballe la met aussi un peu pour tout le monde, dans le cadre de travaux analogues entre autres. La génération spontanée des petits sous n'existe pas et il s'en perd même pas mal dans les différents transferts de poches !

      Des applaudissements se font fait entendre lorsque monsieur le maire a annoncé que cette belle réalisation n'entraînera aucune augmentation d'impôts. Bravo ! Bravo ! Bravo ! La belle rueOn n'en attendait pas moins, parce qu'il faut bien que l'argent collecté serve à la collectivité plutôt qu'à on ne sait trop qui ou quoi comme cela arrive parfois. Ni plus, parce qu'on sait bien qu'il faut ce qu'il faut. Merci monsieur le maire !

Lutin