mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 29 août- Phodéo
. 22 août- Burkini, no ?
. 15 août- Naupathie
. 8 août- Remerciements
. 1er août- Folies ...
. 25 juillet- Bon père de famille
. 18 juillet- L'impôt gai
. 11 juillet- Trop ou trop peu ?
. 4 juillet- Cruciverbiage
. 27 juin- The hand in the cap
. 20 juin- Décision hardie
. 13 juin- Chaleurs
. 6 juin- Le souffleur soufflé
. 30 mai- De la honte au front
. 23 mai- Physique des commissions
. 16 mai- Pouvoir
. 9 mai- Pause nocturne
. 2 mai- Mes lunettes
. 25 avril- Nuit debout
. 18 avril- Sus !
. 11 avril- Nivellement
. 4 avril- (R)évolution française
. 28 mars- Vlatipas NDDL
. 21 mars- Hoëdic
. 14 mars- Absconsités
. 7 mars- Trois vies
. 29 février- Grandes gueules
. 22 février- Fofollité
. 15 février- Stop ou encore ?
. 8 février- Clairement
. 1 février- Quand on §eut, on §eut
. 25 janvier- Intéressant, non ?
. 18 janvier- Choralines Korholen
. 11 janvier- Barbruel
. 4 janvier- Belle Année !
. 28 décembre- Trans-lucidité
. 21 décembre- C'était Noël
. 14 décembre- C'est du propre
. 7 décembre- Aux armes, Turballais !
. 30 novembre- Renseignements pris
. 23 novembre- Suis-je Paris ?
. 16 novembre- L'air du temps
. 9 novembre- Privilégié
. 2 novembre- Noir et Blanc
. 26 octobre- Migrant
. 19 octobre- Catégories
. 12 octobre- Ça se discute !
. 5 octobre- Mes Lunes à moi
. 28 septembre- Rendez les copies
. 21 septembre- Simplement tordu
. 14 septembre- À usage perso
. 7 septembre- Photœil


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

5 septembre- Venise

Venise

    La semaine prochaine je serai donc à Venise. Pas vraiment l'aboutissement d'un vieux rêve, non, mais je m'en réjouis. Il a suffi d'un peu de temps passé en préparation du voyage pour que, l'appétit venant décidément en mangeant, je me prenne à m'en lécher les babines.

    Initialement, Venise n'était pas pour moi : trop éloignée, trop fréquentée, trrop polluée. Il suffit de quelques reportages pour ranger toute idée de visite dans le placard des choses à oublier, l'un sur le nettoyage de quelques canaux laissant penser que la ville est construite sur des égouts, l'autre sur les foules du Carnaval, l'agitation de la Mostra ou le passage d'une ville flottante déversant ses moutons dans la Cité des Eaux, et le dernier sur le dernier train de nuit privatisé, punaisedelitisé, malfréquenté et donc tout à fait infréquentable.

    Et puis, au fil des rencontres passent des amis qui vous chantent combien la Sérénissime est belle, riche, inévitable, inoubliable. Et puis, et puis, un beau jour, des proches attentionnés installent dans un grand paquet cadeau huit jours d'immersion dans les canaux, les églises, les musées, les iles, les ponts et les vaporetti ...

    Alors, on se dit qu'autant d'admirateurs de la cité des Doges ne peuvent se tromper et que le cadeau doit être bien beau. L'emballage en prend d'autres couleurs et suggère que la distance s'évanouit sous les ailes de l'avion, que l'arrivée de septembre calme un peu le fourmillement touristique et même que les Vénitiens doivent bien avoir fait ce qu'il faut pour atténuer les rejets de la ville.

    Huit jours ? Reprenant le vieux cliché, c'est bien et c'est bien peu. C'est certainement suffisant pour prendre le pouls de la Cité des Masques en ses différents quartiers, à grandes enjambées, à force de coups d'œil rapides. Mais il en faut évidemment bien plus pour la voir vivre, en prendre l'humeur, en saisir les couleurs. Au moins en restera-t-il une image acquise personnellement, la gravure de moments réellement vécus et non plus imaginés dans quelque non-rêve venu de loin.

Lutin