mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs


. 4 juillet- Cruciverbiage
. 27 juin- The hand in the cap
. 20 juin- Décision hardie
. 13 juin- Chaleurs
. 6 juin- Le souffleur soufflé
. 30 mai- De la honte au front
. 23 mai- Physique des commissions
. 16 mai- Pouvoir
. 9 mai- Pause nocturne
. 2 mai- Mes lunettes
. 25 avril- Nuit debout
. 18 avril- Sus !
. 11 avril- Nivellement
. 4 avril- (R)évolution française
. 28 mars- Vlatipas NDDL
. 21 mars- Hoëdic
. 14 mars- Absconsités
. 7 mars- Trois vies
. 29 février- Grandes gueules
. 22 février- Fofollité
. 15 février- Stop ou encore ?
. 8 février- Clairement
. 1 février- Quand on §eut, on §eut
. 25 janvier- Intéressant, non ?
. 18 janvier- Choralines Korholen
. 11 janvier- Barbruel
. 4 janvier- Belle Année !
. 28 décembre- Trans-lucidité
. 21 décembre- C'était Noël
. 14 décembre- C'est du propre
. 7 décembre- Aux armes, Turballais !
. 30 novembre- Renseignements pris
. 23 novembre- Suis-je Paris ?
. 16 novembre- L'air du temps
. 9 novembre- Privilégié
. 2 novembre- Noir et Blanc
. 26 octobre- Migrant
. 19 octobre- Catégories
. 12 octobre- Ça se discute !
. 5 octobre- Mes Lunes à moi
. 28 septembre- Rendez les copies
. 21 septembre- Simplement tordu
. 14 septembre- À usage perso
. 7 septembre- Photœil
. 31 août- Vagabondages
. 24 août- On s'habitue
. 17 août- Parisien !
. 10 août- Îles sœurs
. 3 août- Longueurs du temps
. 27 juillet- Sous contrôle
. 20 juillet- Port cochon


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

11 juillet- Trop ou trop peu ?

    Trop ou trop peu ? Le Brexit incite (ou devrait inciter) les citoyens des pays membres de l'Union Européenne à se demander pourquoi cette Union si désunie fonctionne si mal et si, finalement, il faut plus ou moins d'Europe dans chaque pays pour que celui-ci en tire profit. Ou bien "c'était mieux avant" et il faut revenir au conglomérat de nations commerçant jalousement derrière leurs frontières comme le petit épicier derrière son comptoir, ou bien "il faut impérativement" construire une fédération à l'intérieur de frontières communes. Entre le repli ou la fuite en avant, point de salut.

    Trop ou trop peu ? Toute la bonne société, du comptoir du bar aux décideurs gouvernementaux, se demande comment faire cesser les saccages qui accompagnent régulièrement les manifestations sociales. À côté de la majorité qui demande davantage de forces de l'ordre, certains prétendent que les forces de l'ordre sont justement à la fois la cible et le prétexte des adeptes de l'hyper-violence et qu'il faut donc en restreindre la présence pour priver les voyous de leurs joujous.

    Trop ou trop peu ? L'ombre d'une opinion publique désabusée s'est étendue depuis quelques décennies sur les activités scientifiques et technologiques. Depuis les largages nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki, elles sont tenues pour responsables de la plupart des maux engendrés par les activités humaines : changement climatique, pollutions aux particules, ondes, bruits et produits chimiques, dégradations de la vie des individus et des citoyens, jusqu'aux dévoiements supposés de la nature humaine. La majorité de la population poursuit un peu lâchement sa route vers ce qu'elle perçoit pourtant être "le mur" alors que de plus extrêmistes, sinon de plus lucides, prônent une croissance négative et que d'autres au contraire prétendent accélérer les avancées scientifiques pour combattre les effets néfastes de ses utilisations passées.

    On doit pouvoir trouver des tas d'exemples où, le statu quo étant devenu impossible à tenir, il faut choisir entre le rétropédalage et la fuite en avant. La marin averti de l'arrivée d'une dépression dangereuse doit estimer s'il a le temps de se réfugier sous le vent d'une côte assez proche et d'installer un solide mouillage se replier ou bien s'il doit au contraire s'éloigner au plus vite d'une côte sur laquelle son embarcation risque de se fracasser. Il faut souvent attendre la fin de l'histoire pour connaître quelle aura été la bonne option.

Tempête

Lutin