mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 14 mars- Absconsités
. 7 mars- Trois vies
. 29 février- Grandes gueules
. 22 février- Fofollité
. 15 février- Stop ou encore ?
. 8 février- Clairement
. 1 février- Quand on §eut, on §eut
. 25 janvier- Intéressant, non ?
. 18 janvier- Choralines Korholen
. 11 janvier- Barbruel
. 4 janvier- Belle Année !
. 28 décembre- Trans-lucidité
. 21 décembre- C'était Noël
. 14 décembre- C'est du propre
. 7 décembre- Aux armes, Turballais !
. 30 novembre- Renseignements pris
. 23 novembre- Suis-je Paris ?
. 16 novembre- L'air du temps
. 9 novembre- Privilégié
. 2 novembre- Noir et Blanc
. 26 octobre- Migrant
. 19 octobre- Catégories
. 12 octobre- Ça se discute !
. 5 octobre- Mes Lunes à moi
. 28 septembre- Rendez les copies
. 21 septembre- Simplement tordu
. 14 septembre- À usage perso
. 7 septembre- Photœil
. 31 août- Vagabondages
. 24 août- On s'habitue
. 17 août- Parisien !
. 10 août- Îles sœurs
. 3 août- Longueurs du temps
. 27 juillet- Sous contrôle
. 20 juillet- Port cochon
. 13 juillet- Le port
. 6 juillet- Attaque cérébrale
. 29 juin- 150 ans
. 22 juin- Feuilles de liaison
. 15 juin- Quoi d'neuf ?
. 8 juin- Bricolage
. 1er juin- Les petits plus
. 25 mai- Démopublique
. 18 mai- Parano
. 11 mai- Des stats
. 4 mai- Expliquez !
. 27 avril- Convaincre
. 20 avril- L'eus-tu cru ?
. 13 avril- L'esprit libre
. 6 avril- Questions de bac
. 30 mars- Génér'Hic

Les temps sont difficiles pour les sites dits "collaboratifs" qui doivent laisser quelques portes ouvertes ou ouvrables pour fonctionner : les petits plaisantins mal intentionnés se font un plaisir de les ouvrir ou de les enfoncer.

Après 15 ans d'usage de cette forme pas vraiment justifiée dans son cas, mamimadi revient à la bonne vieille interface classique.

Bonnes lectures !


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

21 mars- Hoëdic

Hoëdic

    Et voilà, il est fait ce premier tour de ma petite île préférée. Oh, bien sûr, il y en a de plus près, comme l'île Dumet ou bien de plus belle comme Belle-Île, mais je n'en connais pas de plus authentique, au moins tant que ses transformations restent contenues dans les limites de sa nature ou d'une nature qu'on voudrait lui voir conserver. Hoëdic semblait attendre ma petite visite depuis quelques jours déjà, tout à fait à portée de mon petit voilier poussé par des vents venus du nordet. sur une mer assagie et sous un ciel sans nuages.

    Et puis non, faut pas rêver non plus. Hoëdic, il faut la mériter, après tout. Après une semaine plutôt ensoleillée et une autre semaine du même calibre, c'est une météo grise et venteuse qui m'a accompagné sur ces deux jours, un temps un peu frisquet en l'absence de soleil, une navigation un peu virile sur les moutons salés de l'aller et pendant les longs bords riches en auloffées du retour.

    Est-ce l'atmosphère un tantinet tristounette ? Hoëdic m'a paru un peu terne. Des couleurs un peu froides, vu la météo ; peu de vie, le temps des touristes restant à venir. Les cafés sont fermés, trois voiliers hantent le port d'Argol, deux pêcheurs s'activent sur leurs embarcations de labeur, la navette vaque ... La vie de tous les jours sans doute quand nous autres, plaisanciers, ne la déréglons pas.

    Parce qu'en y regardant bien, en oubliant l'invasion estivale, l'île est bien vivante. On s'y promène, on y travaille surtout, dans tous les coins, dans les jardins à la terre légère, dans les maisons en entretien courant, sur les maisons elles-mêmes à en juger par le nombre de restaurations en cours. Le fort est en travaux, de nombreux agneaux sont venus enrichir le cheptel des brebis à demi parquées dans les hauts - enfin dans les parties les moins basses de l'île -, les colonies de faisans hésitent à se pousser devant le pas du promeneur, la lapins fuient plus vigoureusement dans la lande ...

    Hoëdic vient de subir les deux mêmes coups de vents que le continent, le premier, habituel, du sud-ouest, le second, plus rare, de secteur nord. L'empreinte de la première agression est bien sûr visible sur la côte sud de l'île, mais, parce que plus inattendues, les dégradations de la côte nord m'ont particulièrement frappé. Sur les petites plages, une bonne épaisseur de sable a été emportée, découvrant de nouvelles chaussées de roches ; des pans de falaise sont tombées à la mer, interrompant ici ou là le petit sentier côtier forgé au gré des pas des promeneurs.

Hoëdic

    Et voilà, il est fait ce premier tour. D'autres ne sauraient tarder, m'emmenant en pointillé de l'île hivernale un peu assoupie à l'île estivale un peu excessive. La proue de mon petit bateau piaffe déjà de se la mettre en ligne de mire ...

Lutin