mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 8 février- Clairement
. 1 février- Quand on §eut, on §eut
. 25 janvier- Intéressant, non ?
. 18 janvier- Choralines Korholen
. 11 janvier- Barbruel
. 4 janvier- Belle Année !
. 28 décembre- Trans-lucidité
. 21 décembre- C'était Noël
. 14 décembre- C'est du propre
. 7 décembre- Aux armes, Turballais !
. 30 novembre- Renseignements pris
. 23 novembre- Suis-je Paris ?
. 16 novembre- L'air du temps
. 9 novembre- Privilégié
. 2 novembre- Noir et Blanc
. 26 octobre- Migrant
. 19 octobre- Catégories
. 12 octobre- Ça se discute !
. 5 octobre- Mes Lunes à moi
. 28 septembre- Rendez les copies
. 21 septembre- Simplement tordu
. 14 septembre- À usage perso
. 7 septembre- Photœil
. 31 août- Vagabondages
. 24 août- On s'habitue
. 17 août- Parisien !
. 10 août- Îles sœurs
. 3 août- Longueurs du temps
. 27 juillet- Sous contrôle
. 20 juillet- Port cochon
. 13 juillet- Le port
. 6 juillet- Attaque cérébrale
. 29 juin- 150 ans
. 22 juin- Feuilles de liaison
. 15 juin- Quoi d'neuf ?
. 8 juin- Bricolage
. 1er juin- Les petits plus
. 25 mai- Démopublique
. 18 mai- Parano
. 11 mai- Des stats
. 4 mai- Expliquez !
. 27 avril- Convaincre
. 20 avril- L'eus-tu cru ?
. 13 avril- L'esprit libre
. 6 avril- Questions de bac
. 30 mars- Génér'Hic
. 23 mars- Il y aura ...
. 16 mars- Fessée effacée ?
. 9 mars- Fatale méprise
. 2 mars- Humeur de Hummer
. 23 février- Rafale de mots

Les temps sont difficiles pour les sites dits "collaboratifs" qui doivent laisser quelques portes ouvertes ou ouvrables pour fonctionner : les petits plaisantins mal intentionnés se font un plaisir de les ouvrir ou de les enfoncer.

Après 15 ans d'usage de cette forme pas vraiment justifiée dans son cas, mamimadi revient à la bonne vieille interface classique.

Bonnes lectures !


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

15 février- Stop ou encore ?

    J'hésite ... Le fil des années passé dans le chas de l'aiguille du temps traverse les corps et les esprits en y fixant progressivement ses points de basse couture, des points zig zag aux points d'arrêt. Sur ce point-ci, l'aiguille hésite. Stop ou encore ? Lorsque ma vieille carcasse peine à se déhaler après une séance de badminton bien énergique, je me dis qu'il serait raisonnable de cesser ces pratiques devenues bien folles pour mon âge, et puis, une fois la bête requinquée, je me dis que tant qu'on peut faire on le veut et qu'il sera bien temps de ne plus vouloir quand on ne pourra définitivement plus.

    Alors ? Abandonner ou pas la pratique des sports ou activités physiques qui laissent des traces potentiellement irréparables ? Là encore, tout est affaire de balance entre les avantages et les inconvénients, avec un fléau instable et une aiguille incertaine. Frapper la petite balle ou le petit volant, randonner au pas de charge pendant des heures, sac à photo sur le dos, pédaler dans le froid ou le chaud, le grand vent ou les petites côtes, aller physiquement au presque-bout de soi est bon pour la santé tant qu'elle est bonne mais risque d'accélérer sa dégradation quand elle vacille.

    Mais alors, pourquoi l'aiguille ne connaîtrait-elle que les points zig zag - un coup à gauche, un coup à droite, une période avec, une période sans -, ou les points d'arrêt - un coup et puis c'est tout ? Point de point d'équilibre en couture ? Le sport mezzo est-il impossible ? Inutile ?

    C'est que ma nature rechigne à pratiquer "petit bras", quelle que soit la pratique, préférant alterner jeûne et boulimie pour faire une moyenne dans tous les domaines fréquentés. Je justifie cette propension naturelle en me disant qu'il faut aller au fond des choses, au bout de soi pour que l'investissement soit rentable, que l'effort soit efficace. Mettre le paquet tant qu'on y est, pour le dire simplement. Et donc, s'agissant du sport au petit niveau qui est le mien, pousser le coeur jusqu'à percevoir sa limite, gonfler les poumons jusqu'à l'essoufflement, solliciter muscles et tendons jusqu'à entendre leurs gémissements, et transpirer, transpirer ... La conviction qu'une meilleure santé - ou un moindre étiolement - découle de ces voyages aux confins des possibilités de l'organisme efface la crainte qu'ils n'en provoquent l'usure prématurée.

    Mais quand l'usure se fait grinçante, que la crainte s'est muée en évidence, l'aiguille hésite à faire le point. Stop ou encore ?

Aiguille

 

Lutin