mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 9 mai- Pause nocturne
. 2 mai- Mes lunettes
. 25 avril- Nuit debout
. 18 avril- Sus !
. 11 avril- Nivellement
. 4 avril- (R)évolution française
. 28 mars- Vlatipas NDDL
. 21 mars- Hoëdic
. 14 mars- Absconsités
. 7 mars- Trois vies
. 29 février- Grandes gueules
. 22 février- Fofollité
. 15 février- Stop ou encore ?
. 8 février- Clairement
. 1 février- Quand on §eut, on §eut
. 25 janvier- Intéressant, non ?
. 18 janvier- Choralines Korholen
. 11 janvier- Barbruel
. 4 janvier- Belle Année !
. 28 décembre- Trans-lucidité
. 21 décembre- C'était Noël
. 14 décembre- C'est du propre
. 7 décembre- Aux armes, Turballais !
. 30 novembre- Renseignements pris
. 23 novembre- Suis-je Paris ?
. 16 novembre- L'air du temps
. 9 novembre- Privilégié
. 2 novembre- Noir et Blanc
. 26 octobre- Migrant
. 19 octobre- Catégories
. 12 octobre- Ça se discute !
. 5 octobre- Mes Lunes à moi
. 28 septembre- Rendez les copies
. 21 septembre- Simplement tordu
. 14 septembre- À usage perso
. 7 septembre- Photœil
. 31 août- Vagabondages
. 24 août- On s'habitue
. 17 août- Parisien !
. 10 août- Îles sœurs
. 3 août- Longueurs du temps
. 27 juillet- Sous contrôle
. 20 juillet- Port cochon
. 13 juillet- Le port
. 6 juillet- Attaque cérébrale
. 29 juin- 150 ans
. 22 juin- Feuilles de liaison
. 15 juin- Quoi d'neuf ?
. 8 juin- Bricolage
. 1er juin- Les petits plus
. 25 mai- Démopublique


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

16 mai- Pouvoir

    J'ai quitté la politique depuis trois semaines déjà et je me demande si je dois m'y remettre. Privé d'infos pendant tout ce temps pour cause d'itinérance, je ne sais plus où en est le feuilleton des présidentielles ni si la "loi travail" a des chances d'être votée, ni même si la bedaine du Président continue de gonfler au rythme où sa popularité se dégonfle. Sitôt posé et tout juste reposé, je n'entends du bruissement médiatico-politique que des bruits parasites : claquements d'élastique sur des fesses féminines, propos grivois d'un mâle dominant sur des proies corvéables sans merci. Bien sûr, c'est aussi ça la potitique, vilipender les déviances citoyennes et surtout prendre des mesures pour les combattre. Mais quand le personnel politique lui-même est déviant, il y a peu de chance qu'il parte en guerre contre lui-même, qu'il s'agisse de sexe, d'argent ou de tout ce qui découle du pouvoir.

    Car le problème est là, je crois, dans ce pouvoir que beaucoup d'entre nous veulent acquérir et auquel la plupart des hommes (*) politiques veulent accéder comme on dit. Du chef de chantier au ministre du Travail, du responsable d'association au président de l'Assemblée, de l'aide-soignante au grand patron, du sous-directeur au PDG, chacun considérerait son poste comme un pré carré d'où préparer l'assaut de prés carrés plus grands et non comme la base de service qu'il devrait être. Le service est souvent présent, bien évidemment, ne serait-ce que pour s'assurer que de plus puissants ne sanctionnent pas l'indigence ou que de moins puissants n'occupent pas le terrain, mais, n'étant plus que le moyen et non le but, il en devient minimaliste.

    Du pouvoir, il en faut bien sûr à chacun dans sa sphère d'activités, mais de ce pouvoir assis sur des compétences et limité à ces activités, non pas de ce pouvoir diffus portant l'usurpateur à s'autoriser tous les excès comportementaux et relationnels. Le faible est négligé, le subalterne est rabaissé, le beau sexe est enlaidi, ... et les élastiques claquent sur les fesses du beau sexe subalterne supposé faible.

Pouvoir

  • Jeudi 12.
    L'article 49.3 de la Constitution a donné au gouvernement le pouvoir de faire passer une loi impopulaire.
     
  • Vendredi 13.
    La rue rappelle une fois de plus qu'elle a le pouvoir de casser du bien commun.
     
  • Samedi 14.
    Demain n'est pas la veille ou des pouvoirs bien compris construiront l'autorité démocratique.

(*) Remarque éculée mais inévitable : quand je parle des hommes, j'embrasse les femmes, bien sûr.

Lutin