mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 25 avril- Nuit debout
. 18 avril- Sus !
. 11 avril- Nivellement
. 4 avril- (R)évolution française
. 28 mars- Vlatipas NDDL
. 21 mars- Hoëdic
. 14 mars- Absconsités
. 7 mars- Trois vies
. 29 février- Grandes gueules
. 22 février- Fofollité
. 15 février- Stop ou encore ?
. 8 février- Clairement
. 1 février- Quand on §eut, on §eut
. 25 janvier- Intéressant, non ?
. 18 janvier- Choralines Korholen
. 11 janvier- Barbruel
. 4 janvier- Belle Année !
. 28 décembre- Trans-lucidité
. 21 décembre- C'était Noël
. 14 décembre- C'est du propre
. 7 décembre- Aux armes, Turballais !
. 30 novembre- Renseignements pris
. 23 novembre- Suis-je Paris ?
. 16 novembre- L'air du temps
. 9 novembre- Privilégié
. 2 novembre- Noir et Blanc
. 26 octobre- Migrant
. 19 octobre- Catégories
. 12 octobre- Ça se discute !
. 5 octobre- Mes Lunes à moi
. 28 septembre- Rendez les copies
. 21 septembre- Simplement tordu
. 14 septembre- À usage perso
. 7 septembre- Photœil
. 31 août- Vagabondages
. 24 août- On s'habitue
. 17 août- Parisien !
. 10 août- Îles sœurs
. 3 août- Longueurs du temps
. 27 juillet- Sous contrôle
. 20 juillet- Port cochon
. 13 juillet- Le port
. 6 juillet- Attaque cérébrale
. 29 juin- 150 ans
. 22 juin- Feuilles de liaison
. 15 juin- Quoi d'neuf ?
. 8 juin- Bricolage
. 1er juin- Les petits plus
. 25 mai- Démopublique
. 18 mai- Parano
. 11 mai- Des stats


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

2 mai- Mes lunettes

Lunettes

    Mes lunettes sont devenues mauvaises, elles sont bonnes à changer. Mes lunettes, non pas ma vue qui a bien peu varié durant ces quatre ou cinq années d'utilisation ... Je n'ai pas été très gentil avec elles, j'ai soudé, meulé, poncé, collé, peint, projetant étincelles brûlantes, poussières abrasives, produits collants sur leur surface si délicate. Je ne les ai pas toujours lavées, essuyées, entretenues avec l'outil ou le produit adapté à leur fragilité. Elles en ont acquis maintes rayures, incrustations et dépôts. Leurs blessures ne m'empêchent pas pourtant pas de les utiliser normalement pour tous les gestes et actions de la vie quotidienne, lire, conduire, téléviser, cinéer, computer, etcétérer (tout est possible, réforme vaseuse de l'orthographe permettant, non ?).

    Une utilisation plus confortable demanderait donc un simple remplacement. Malheureusement, "mon" opticien me dit ne pas avoir le droit de répondre à ma demande si je ne suis pas muni d'une ordonnance d'ophtalmologue (ou d'ophtalmologiste, bref, d'ophtalmo) seul habilité à m'examiner le fond de l'œil et me prédire ainsi de quels malheurs je suis appelés à souffrir.

    Je n'en demande pas tant : je veux simplement voir clair. Le vendeur de chaussures devra-t-il un jour demander une ordonnance prouvant que l'état du pied du client a été inspecté par un diabétologue, un angiologue ou tout autre spécialiste de maladie détectable par l'étude du pied ? Je comprends l'importance de la prévention dans le domaine de la santé comme dans beaucoup d'autres, mais la prévention de la déresponsabilisation généralisée me semble la plus importante des préventions. Éduquer la population au soin de sa santé me semble plus important que la contraindre à ce même soin, les résultats attendus devant être bien supérieurs parce que conscients et volontaires.

    Compterai-je un jour dans les 2% de la population de plus de 45 ans atteinte d'un glaucome ou les 12% des personnes de plus de 65 ans atteintes d'une DMLA ? Sans doute est-ce important pour moi de le savoir puisqu'on dit pouvoir traiter ces maladies si la détection est positive, mais l'obligation de cette détection la place pour moi dans le domaine de l'a-raisonnable puisque non proposé à la raison, voire au bon sens. Je vais même jusqu'à déraisonner sur les vraies raisons de cette règlementation : le lobby des ophtalmos jaloux d'un certain pouvoir et désireux de préserver leur juteux pré carré n'est-il pas à la manœuvre derrière elle ?

    La transparence de mes lunettes ne pouvant que se dégrader davantage, il faudra bien qu'un jour je me décide. Je me mettrai alors sur la liste d'attente la plus courte mais encore trop longue pour un client de mauvais poil qui ne veut pas qu'on l'appelle patient tant qu'on ne lui a pas appris que l'observation du fond de son œil en fait un.

Lutin